DSP2 : la directive par laquelle les banques et l’Europe vous obligent à avoir un smartphone

Le 13 janvier 2018, la “directive révisée sur les services de paiement (DSP2)” est entrée en vigueur. Vous n’en n’avez peut-être pas entendu parlé, par contre vous vous en êtes forcément aperçu, puisque pour vos opérations bancaires en ligne, il vous faut dorénavant un smartphone pour valider ces dernières. Merci les banques et surtout merci l’Europe !

DSP2 Directive sur les Services de Paiement

La directive DSP2 c’est quoi ?

La directive (UE) 2015/2366 relative aux services de paiement dite DSP2, actualise le cadre réglementaire des paiements en Europe. Cette directive transposée en droit français, comprend plusieurs volets et instaure de nouvelles règles dont le renforcement des droits de consommateurs, avec par exemple l’abaissement de la franchise restant à la charge du client en cas de paiement frauduleux par carte avant opposition de 150 à 50 euros, des délais plus courts de remboursement et l’introduction d’un droit au remboursement inconditionnel pour les prélèvements en euros. Une autre règle est l’obligation du passage à l’authentification forte.

Texte de la DSP2, directive révisée sur les services de paiement
Texte de la directive révisée sur les services de paiement (DSP2)

L’authentification forte

Il s’agit d’un dispositif destiné à renforcer la sécurité des paiements en ligne et l’accès à un compte par Internet. Il consiste à vérifier que vous êtes bien à l’origine d’une opération (paiement, virement bancaire, etc…) sur votre compte bancaire par Internet ou de la connexion à votre « espace client ». Cette authentification se fait à l’aide d’au moins 2 des 3 éléments suivants :

  • une information que vous êtes seul(e) à connaître : mot de passe, code secret, question secrète, …
  • l’utilisation d’un appareil qui n’appartient qu’à vous : téléphone portable, carte à puce, montre connectée, …
  • une caractéristique personnelle : reconnaissance faciale, vocale, empreinte digitale, …

L’obligation d’avoir un smartphone

Avant cette directive, certaines banques vous envoyaient un code par SMS pour valider une transaction comme un achat en ligne. Mais… Pour répondre à ce renforcement de la sécurité, il vous faut maintenant acheter un smartphone ! Si jusqu’à alors vous aviez fait le choix de ne pas en avoir, ou si vous n’en n’aviez pas l’utilité, vous à présent êtes contraint et forcé. Vous aviez fait le choix de garder votre ancien mobile qui fonctionne très bien et dont la batterie dure plus de 24 heures ? Fini : l’UE vous pousse à présent à faire une nouvelle acquisition, histoire de bien avoir les deux pieds dans la société de consommation.
Selon l’ACERP, 77% des français avait un smartphone en 2019 [1] ça donne une idée du nombre de personnes qui se voient contraintes et forcées de passer par la case smartphone…

Les consommateurs de l’UE vont faire des économies. Euh vraiment ?

Valdis Dombrovskis, vice-Président de la Commission Européenne responsable de l’Euro et du Dialogue Social, Responsable de la Stabilité Financière, des Services Financiers et de l’Union des Marchés des Capitaux (oui ça fait long), a déclaré en janvier 2018 au sujet de la DSP2 :

«Cet acte législatif constitue une nouvelle étape dans la création d’un marché unique numérique dans l’UE. Il encouragera le développement de systèmes de paiement en ligne et mobiles innovants, ce qui stimulera l’économie et la croissance. Avec l’entrée en application de la DSP2, la surfacturation appliquée aux cartes de débit et de crédit des consommateurs devient interdite. Les consommateurs de l’UE pourraient ainsi économiser plus de 550 millions d’euros par an. Ils bénéficieront aussi d’une protection accrue lorsqu’ils effectuent des paiements.» [2]

On ne doit pas avoir la même notion du mot “économiser”…
Déjà il vous faut acheter un smartphone dont le prix moyen de vente entre 2017 et 2018 s’élevait à environ 384 $ selon cette source, ou 326 € en France en 2018 selon la revue QueChoisir. Vous me direz, “326 € ? Hors de question que je mettre ce prix là dans un smartphone !“. Je partage totalement votre avis, sauf que c’est toujours pareil, si vous ne mettez pas un certain montant dans un investissement, vous pouvez racheter le produit quelques mois/années plus tard car il y a de fortes chances qu’il ne tienne pas la route.

Et puis comme tout appareil, un smartphone ça d’entretien. Il faut acheter une coque de protection que le construction ne fournit bien évidemment pas avec, changer de chargeur ou de kit main libre lorsque celui-ci devient défaillant ou ne fonctionne plus. Souvent c’est la batterie qui fait rapidement défaut. Et que fait le consommateur lambda quand sa batterie est HS ? Il change de téléphone, ça coute moins cher que d’acheter une nouvelle batterie, surtout si pour 51% des modèles de smartphone sur le marché, celle-ci n’est pas amovible [3] donc changeable…

En 2016, en France, la durée de vie d’un smartphone était en moyenne de 22 mois [4]. Entre notre goût effréné pour les nouvelles technologies, les offres des opérateurs pour changer de portable, l’obsolescence matériel et logiciel, voilà qu’il vous faudra changer de smartphone souvent. Vous avez dit économies ?

Économies pour les banques surtout

C’est la Fédération Bancaire Française qui le dit : “Vis-à-vis du client, le teneur de compte (donc la banque ou l’établissement de paiement où le client a son compte) a l’obligation, en cas de fraude opérée à partir d’une initiation de paiement, de rembourser le client. Ce régime inédit de responsabilité fait peser sur le teneur de compte le coût de la fraude, quelle qu’en soit l’origine, charge à lui de se retourner vers l’initiateur de paiement soumis à une obligation d’assurance.” [5]

Et oui ! Du coup avec cette directive européenne, le coût de la fraude c’est à vous de le supporter dorénavant en achetant un smartphone. Toutes les économies sont bonnes pour les banques surtout quand elles se font sur votre dos. Quand on voit les résultats nets de ces dernières on se dit qu’il y a de l’enfumage quelque part [6].
Et puis vous n’avez pas le choix de passer à l’authentification forte car sinon “vous ne pourrez plus accéder à vos services de banque à distance” comme le rappelle la Société Générale. A se demander si notre argent nous appartient vraiment…

(source : Société Générale)

Fracture numérique et sociale

Le taux d’équipement en smartphone en France en 2019, serait de 98% pour les adultes ayant entre 18 et 24 ans, contre 44 % pour les personnes ayant plus de 70 ans [7]. Il est évident qu’il y a en France (et en Europe), une génération qui n’a pas grandi à l’ère numérique. S’équiper d’un smartphone et surtout savoir s’en servir, n’est pas une mince affaire pour ce public.
Selon un sondage publié par l’Institut CSA en juin 2018, 23% des français ne seraient “pas à l’aise avec le numérique” [8]. Personnes âgées, précarisées ou n’ayant pas d’intérêt pour l’informatique, personne en situation de handicap ou ayant une déficience… Les conséquences peuvent être sérieuses et causer une perte d’autonomie, un isolement ou exposer les personnes à des risques en terme de cybersécurité. L’illectronisme comme il est également appelé est bien souvent un sentiment d’échec.
Et sinon quelqu’un a évoqué les zones blanches, sans réception mobile ou insuffisante ??

Un peu plus d’argent (et de données) pour les GAFAM

Je ne vous présente plus que ce sont les GAFAM, vous connaissez sans doute déjà… Donc avec la DSP2, l’Europe et les banques nous poussent à alimenter le portefeuille déjà bien garnis de ces sociétés, connues pour être des pilleuses de données personnelles [9].
Pour télécharger l’application de votre banque sur votre smartphone que vous faut-il ? Un magasin d’application appelé “Store”. Vous connaissez le Play Store de Google par exemple, ou encore l’App Store d’Apple. Pour y télécharger une application, il vous faut ensuite un compte sur l’un ou l’autre de ces stores, selon le système d’exploitation de votre smartphone. Une fois connecté à ces stores gratuits et bien en échange vous leur donnez un nombre incalculable d’informations sur vous.
De plus, toutes les applications des banques regorgent de trackers (pisteurs) qui observent vos comportements sur votre smartphone. Vous êtes vous déjà demandé combien de pisteurs l’application de votre banque a ? Voici quelques exemples dans l’image ci-dessous. Pour tester vous-même, je vous invite à lire l’article Exodus Privacy : quels pisteurs dans mon smartphone Android ?

Exemples du nombre de pisteurs (trackers) dans des applications bancaires pour Android

🔥 Ça devrait aussi vous intéresser : Les alternatives au Google Play Store pour vos applications Android
🔥 Ça devrait aussi vous intéresser : Exodus Privacy : quels pisteurs dans mon smartphone Android ?

Ajoutons au passage que toujours selon l’ACERP, près de 75% des utilisateurs jugent important de pouvoir transférer leur données et applications lors d’un changement de smartphone [10]. Cela demande des connaissances avancées en terme de connaissance et de maitrise de l’outil informatique qui ne sont pas données à tout le monde. Quand au passage d’un système Android à Apple par exemple, ce transfert des données et quasiment impossible car chaque constructeur à son système d’exploitation qui lui est propre.

Impact environnemental et humain

Je ne vais pas redévelopper l’impact environnemental (et humain) des smartphones. Il y a de nombreux documents déjà existant à ce sujet. Vous trouverez de nombreux ouvrages et vidéos sur le travail des enfants dans les mines et usines, l’exploitation des minerais rares, les énormes pollutions engendrées, les conflits, etc…

Questions simples :

Donc la DS2P sous couvert d’améliorer notre sécurité (comme dans d’autres domaines) favorise :

  • la fracture numérique et sociale
  • le renforcement de la position dominante des GAFAM
  • la collecte de données personnelles
  • l’enrichissement de certaines sociétés
  • la dégradation de l’environnement

Étrangement il n’y a pas de réponses aux questions que nous sommes en droit de nous poser ?

  • est-ce l’Union Européenne ou les banques qui vont financer l’acquisition d’un smartphone aux français qui n’en ont pas encore un ?
  • est-ce l’Union Européenne ou les banques qui vont financer la formation à l’usage d’un smartphone pour les oubliés du numérique ?
  • est-ce l’Union Européenne ou les banques qui vont financer le recyclage du matériel électronique ?
  • est-ce l’Union Européenne ou les banques qui vont mettre en place des applications open source et sans pisteurs ?
  • est-ce l’Union Européenne ou les banques qui vont financer l’installation d’antenne mobile dans les zones blanches et les études sur l’impact des ondes électromagnétiques sur la santé et l’environnement ?

Références et sources

  1. Les pratiques numériques des Français en 2019
  2. Services de paiement: les consommateurs vont profiter de paiements électroniques moins chers, plus sûrs et plus innovants
  3. Vous et votre smartphone (infographie)
  4. Quelle est la durée de vie d’un smartphone ?
  5. La DSP2 et les enjeux de la sécurité
  6. Banques : résultats nets (bénéfices) des banques, évolution 2020 vs 2019
  7. Taux d’équipement en smartphone en France en 2019, selon la tranche d’âge
  8. Enquête sur « l’illectronisme » en France
  9. Données personnelles par La Quadrature du Net
  10. Le smartphone contraint la liberté de choix des utilisateurs

Vous aimeriez peut-être aussi lire...

1 commentaire

  1. Super blog ! (recommandé par Silvano Trotta); Pour information, je vois très bien la pression monter, les incitations,, etc. mais je n’ai toujours pas de smartphone (je ne compte pas m’y mettre) et je continue à faire mes opérations bancaires par internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *